Miscellanées #4

SOLNIT

Je suis en train de lire La mère de toutes les questions de Rebecca Solnit. Honnêtement, je m’ennuie ; cela pour deux raisons. Tout d’abord, c’est très proche de Ces hommes qui m’expliquent la vie, ce qui donne le sentiment d’une redite. Ensuite, je trouve le propos moins percutant et plus brouillon. Le premier essai m’a occupée plusieurs jours et je me demandais si lire tout le bouquin était pertinent. J’ai donc commencé à le feuilleter quand je suis tombée sur un texte court et, en son sein, sur une pépite. Le texte évoque des livres dévalorisant les femmes que l’essayiste déconseille donc. En définitive, ce sont plus des écrivains que Solnit pointe du doigt, dont mon « ami » Hemingway qu’elle traite de « misogyne homophobe et antisémite » ; en référence à son goût pour la corrida, Solnit écrit que « tuer de gros animaux ne devrait jamais être assimilé à la masculinité« . J’étais déjà aux anges. Mais quand l’autrice enchaîne sur Fitzgerald, j’applaudis des deux mains : elle souligne la jalousie d’Hemingway envers Scott, jalousie se matérialisant par des bassesses digne d’un ado et ajoute : « De toute façon, Fitzgerald sera toujours meilleur car ses phrases sont souples comme de la soie alors que celles de Hemingway sont des blocs de Lego, sans parler de son [celle de Fitzgerald] empathie protéiforme capable d’englober Daisy Buchanan et Nicole Divert (il y a une légère erreur ici car le patronyme original est Diver) comme ses personnages masculins. (Tendre est la nuit peut se lire, entre autres choses, comme une enquête sur les répercussions multiples de l’inceste et de la violence commise sur les enfants.) » Voilà !

oOo

TGG dore

2020 est au coin de la rue et je réfléchis à ce que je souhaite en faire ; l’inspiration m’a longtemps manqué. Finalement, je vais me pencher sur ces livres/auteurs que je veux lire depuis longtemps sans l’avoir encore fait. C’est qu’en 2020, je vais atteindre un âge canonique symbolique qui m’incite à dresser la liste des « livres à lire avant xx ans ». Cela m’avait réussi lors de la précédente étape marquante ; j’ai une douzaine de bouquins, à affiner/confirmer. Je liste aussi les livres que je souhaite relire au cours de l’année (en plus du mois que je consacrerai à la relecture), dont The Great Gatsby dont je célébrerai les 30 ans de ma première lecture.

oOo

FUGITIVES

EDIT

Dans un autre registre, j’ai appris tout à l’heure qu’Alice Munro est décédée c’est faux !
Je laisse néanmoins ce qui suit, occasion d’inviter à découvrir son oeuvre 🙂

L’oeuvre de la Nobel 2013 a pour particularité d’être exclusivement consacrée à la nouvelle. J’avais lu en 2009 le recueil Fugitives, puis quelques années plus tard, j’avais pioché des textes dans divers recueils. Dans Fugitives, l’autrice s’attache à suivre différentes femmes qui un jour ont eu envie de tout quitter, de changer de vie. Les situations sont très diverses, l’aboutissement de l’aventure varie aussi d’une nouvelle à l’autre et j’ai particulièrement apprécié que Munro ne cherche pas à donner une sorte de morale à ses histoires. Le style est précis, et l’autrice fait preuve d’une grande finesse psychologique ; ce sont les deux aspects qui m’ont le plus marquée.

oOo

Une semaine difficile s’annonce : j’ai fini ma PAL de la biblio T_T

Bilan d’octobre et lectures en cours

Kessel Goby nov 19Lectures en cours

De la PAL présentée en septembre, je n’ai lu que quatre livres (sur les sept de la photo), avec des résultats divers. Et cela illustre bien ce mois où j’ai eu des expériences contrastées avec un début de mois assez mou, voire décevant, et une seconde quinzaine bien plus enthousiasmante globalement.

Mais l’info formidable du mois c’est qu’Olga Tokarczuk est la Nobel de littérature 2018 (nommée en même temps que le récipiendaire 2019 pour cause d’absence de prix l’an dernier). Je suis ravie pour elle. Si j’ai à peine entamé son oeuvre, l’aperçu que j’en ai plaide vraiment pour cette récompense. Je ne résiste pas à remettre le lien vers mon billet de Sur les ossements des morts.

oOo

Lectures européennes

Autriche – La marche de Radetzky, Joseph Roth : le mois dernier, j’ouvrais le bal avec une nouvelle de cet auteur et je m’interrogeais sur l’opportunité de lire autre chose avant d’attaquer son chef d’oeuvre ; j’ai bien fait de ne plus tergiverser.

France –
Deux cigarettes dans le noir, Julien Dufresne-Lamy : toujours le mois dernier, je lisais un autre de ses romans. Malheureusement, celui-ci ne m’a pas autant séduite. S’il a des qualités indéniables, je n’ai jamais réussi à entrer dans le trip de l’héroïne. Cette dernière est touchante, voire bouleversante, mais sa fixation sur Pina Bausch m’a semblé peu convaincante. J’ai en projet le dernier roman de l’auteur mais ça attendra que le charme des Indifférents se soit évaporé.
La révolution matérielle, Jean-Claude Daumas 
Les nouvelles lois de l’amour, Marie Bergström

Royaume-Uni – La fabrique de poupées, Elizabeth MacNeal

Russie – Drame de chasse, Anton Tchékhov : seul roman de Tchékhov, Drame de chasse est présenté comme un polar. Malheureusement, la mise en place est très longue ; quand on est habituée à lire l’auteur sous des formes courtes, on a vraiment le sentiment qu’il y a beaucoup de délayage inutile. Par ailleurs, tous les personnages me sont sortis par les yeux. Enfin, j’avais deviné l’identité du coupable quasiment dès le début. Bref, je me suis pas mal ennuyée et j’ai eu le sentiment que l’auteur gâchait son talent dans une forme qui ne lui réussissait pas.

oOo

Autres lectures
Emily, Stewart O’Nan (Etats-Unis)
Trajectoire, Richard Russo (Etats-Unis) : enfin je lis cet auteur ! Et l’expérience fut plutôt intéressante. Ces nouvelles m’ont beaucoup partagée. Si le message m’a généralement semblé d’une grande qualité, témoignant d’une expérience de la vie et d’un recul plein de maturité, les personnages sont horripilants et les intrigues rarement convaincantes. Un auteur à relire.
Profession romancier, Haruki Murakami (Japon)

oOo

Novembre sera mon dernier mois de « primo-lectures » de l’année, puisque décembre sera consacré aux relectures. J’espère faire de belles découvertes sans pour autant vouloir me mettre la pression. J’ai prévu très peu pour être sûre de tout lire mais j’ai aussi en réservation à la biblio un pavé ardu : rendez-vous dans un mois pour le bilan !

Bilan de septembre & PAL d’octobre

PAL octobre

Septembre aura été douloureux comme une bonne panne de lecture. Mes difficultés de concentration ont connu un pic inédit : j’ai passé quinze jours à être incapable de lire plus de cinq pages d’affilée. J’ai ouvert quantité de livres, certains abandonnés d’office, d’autres traînés sur des semaines. L’idée même de lire était associée à un effort, quelque chose de pénible comme vouloir gravir le Kilimandjaro avec des sandalettes aux pieds.

C’est un coup de cœur qui a permis de résorber lentement ce Waterloo. Le détail ci-dessous.

oOo

Lectures européennes

Autriche – Léviathan, Joseph Roth : je voulais tester cet auteur depuis longtemps mais le long ne me tentait pas pour une première approche. J’ai donc lu cette nouvelle, apparemment représentative de l’auteur si j’en crois l’éditeur. Je ne sais trop qu’en penser : ça se lit vite et bien ; c’est à la fois profond et accessible mais il reste en bouche un goût de « pas assez ». Je ne suis donc pas plus avancée et hésite à lire Une heure avant la fin du monde avant La marche de Radetzky tout en songeant que je ne fais que repousser l’échéance car ce ne sont pas ses articles qui me renseigneront sur le « goût » de son roman.

France –
Les Indifférents, Julien Dufresne-Lamy
Les enfants de la dernière pluie, Françoise Guérin : troisième (et dernier à ce jour) volet des enquêtes de Lanester. J’ai été moyennement emballée par ce volume dont le thème principal est cette fois la psychiatrie. Si j’accroche toujours autant aux personnages récurrents, j’ai compris assez vite pas mal de choses. Je prévois de relire le premier volume asap.
Il était une voix, Marina Al Rubaee
Trois jours à Berlin, Christine de Mazières : je pensais publier un billet pour l’anniversaire des 30 ans de la chute du Mur mais ce court roman ne m’a pas convaincue. Certes, il est plaisant de se plonger dans les jours précédent l’événement ; malheureusement, l’autrice est trop complaisante et présente la situation sans nuance (il y a les bons – à l’Ouest et les opposants au régime – et les méchants communistes) : j’ai beau ne pas être un soutien de l’ex-RDA, tant de manichéisme dessert le propos.

Pologne – Récits ultimes, Olga Tokarczuk : assez déçue par ce roman un peu décousu et insuffisamment pensé que j’ai traîné comme un boulet pendant des semaines.

Royaume-Uni – Winter, Ali Smith : j’aime beaucoup l’univers d’Ali Smith mais j’avais eu du mal avec le premier volet, Autumn. Winter m’a paru plus accessible bien que toujours très spécial (même pour du Smith s’entend). Cela dit, ça reste un roman très référentiel et dont les subtilités sont difficiles à percer pour un non-anglophone. On peut le lire au premier degré mais on perd énormément et ça m’a beaucoup frustrée. En revanche, le style très poétique (façon Ali Smith) m’a beaucoup plu et j’ai apprécié aussi l’engagement de l’autrice, sa critique de la société, pas franchement voilée pour le coup. Je lirai Spring  dès que la biblio l’aura en stock (notez que Winter et Autumn sont parus en VF).

oOo

Autres lectures
Lady Helen (tome 3), Alison Goodman (Etats-Unis) : rien de particulier à dire sur cette trilogie jeunesse (c’était sympa ; ça vide la tête et occupe les journées pluvieuses). Si le genre peut sembler très éloigné de mes goûts (dark fantasy et romance : tout un programme !), c’est une tendance assez marquée dans mes lectures en jeunesse qui n’ont généralement rien à voir avec mes lectures classiques.

oOo

La photo en début d’article est une ébauche de PAL pour octobre, soit les livres que je devrais lire. J’en ai d’autres sous la pédale pour lesquels je suis plus incertaine. Après le septembre catastrophique que j’ai traversé, je reste prudente même si je me sens sur une pente légèrement ascendante (au moins sur un plan sportif, dit-elle percluse de courbatures).

%d blogueurs aiment cette page :